Judas Priest / Killing Machine

Judas Priest, Killing Machine (1978).

Sur scène, deux guitares saturées et deux cylindres en V pour l’entrée de Rob Halford. Lorsque le chanteur apparaît sur un Softail Harley Cross Bones, et lève le poing, le concert commence. Judas Priest incarne l’association du Rock et des motards depuis 1978 et la sortie fracassante de l’album Killing Machine.

Au cuir traditionnel, le groupe ajoute les clous et le clinquant pour un nouveau style qu’on dirait calqué sur les Bikers ambigus de Scorpio Rising. Le Glam Metal est né, la vague déferle sur les côtes américaines, où l’album est rebaptisé Hell Bent for Leather pour satisfaire les promoteurs inquiets d’un titre anglais jugé trop belliqueux.

Dans une interview (Liana Dawes pour Hellbound) de 2009, Halford évoque la légitimité du lien entre le Priest et sa moto:

«Les HD sont les motos américaines parfaites pour être associées au Rock n’ roll. Et j’ai toujours dit que Harley est synonyme de Heavy Metal parce que, comme le Metal, les Harley sont massives, puissantes et impétueuses, elles sentent l’essence et exaspèrent certaines personnes, et elles ont les mêmes attributs que le Heavy Metal. C’est donc un lien très étroit entre le rock n’ roll, le Metal et les motos. C’est l’indépendance, la rebellion […]».

Avec Painkiller en 1990, l’illustrateur Mark Wilkinson intègre la moto comme l’une des créatures du Priest, un dragon mécanique chaussé de scies circulaires, monture infernale d’un ange vengeur, robot métallique. La fusion s’accomplit finalement, entre les deux univers, le Rock et la Moto.

Rob Halford, Harley-Davidson (photo by Fin Costello)
Rob Halford, Harley-Davidson (photo by Fin Costello)
Rob Halford
Rob Halford
Judas Priest, Killing Machine, 1978
Judas Priest, Killing Machine, 1978
Judas Priest, Live Bites '84
Judas Priest, Live Bites ’84
Judas Priest, Painkiller, 1990
Judas Priest, Painkiller, 1990
Judas Priest
Judas Priest
Rob Halford, Norton (photo by Fin Costello)
Rob Halford, Norton (photo by Fin Costello)
Rob Halford, 1988
Rob Halford, 1988

Vous aimerez aussi: La musique de la route

Facebooktwittergoogle_plusinstagramFacebooktwittergoogle_plusinstagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.